Y-a-t-il une vie après la quarantaine?

déconfinement mâcon
Peut-on concilier liberté et sécurité?

Lundi prochain, c’est la fin du confinement. Un début de retour à la normale pour beaucoup d’entre nous. Je vous avoue que je suis impatient de recommencer à travailler et de sortir sans avoir à remplir une attestation.

En même temps, rien n’est vraiment résolu. Beaucoup de questions restent sans réponses. On ne sait pas ce qui nous attend dans le monde extérieur.

 

 

Je n’ai pas perdu mon temps pendant cette période d’isolement. J’ai travaillé sur d’autres projets et je suis resté en contact avec les gens. Chacun vit une situation personnelle différente et dans ces situation, on peut dire que la tendance générale est à l’angoisse. Les gens ont peur.

 

Il faut dire que tout a été fait -à tort ou à raison- pour que les gens soient terrifiés et restent chez eux. Dans ce sens, on peut dire que ça fonctionne: aujourd’hui, les gens ont peur de sortir de chez eux. Ca fait penser à cette situation de certaines personnes qui ont passé de nombreuses années en prison. Au bout d’un moment, ils ne sont plus adaptés au monde extérieur et ils font tout pour y retourner.

 

Bien sûr, votre situation n’est pas comparable. D’abord parce que vous n’avez rien fait de mal, et que ça n’aura pas duré des années. Mais les conséquences sont réelles pour beaucoup de gens. Personne n’était préparé. Et je constate que beaucoup de gens vivaient dans une forme d’équilibre extrêmement précaire. Ca allait à peu près tant qu’il n’y avait pas de situation extrême.

Parmi les gens qui m’ont contacté, beaucoup ont exprimé une angoisse profonde par rapport à des questions qu’ils ne s’étaient jamais vraiment posées.

C’est qu’en temps normal, tout est fait pour qu’on n’ait pas le temps de penser à soi. Il y a toujours quelque chose à faire ou à penser. Le moindre temps mort est rempli avec des notifications. Et c’est normal, il y a des questions qu’on n’a pas envie de se poser. Parce que quand on prend conscience de certaines choses, on ne peut plus les ignorer.

 

Il y a cette personne qui se sentait à la limite de l’épuisement nerveux, qui avait du mal à trouver un sens à son travail. Elle avait au moins la compensation de travailler en équipe et d’avoir des contacts humains. Avec le télétravail qui va se prolonger et sûrement se généraliser, elle parle à un ordinateur. Elle devient un ordinateur.

 

Cette personne qui pensait que le confinement serait l’occasion de passer plus de temps avec son conjoint et ses enfants, et qui se rend compte que vivre à plusieurs à plein temps n’est plus supportable au bout de quelques jours.

Cette personne isolée pendant des semaines, épuisée et déprimée après avoir passé des journées entières sans parler à personne.

Cette personne qui a perdu un parent à cause du corona, et qui doit rester isolée dans son deuil..

Il y a des traits communs dans ces différents exemples. Il y a une angoisse immédiate et un niveau d’angoisse plus profond.

déconfinement saône et loire
L’univers se rétrécit quand on est face à soi-même

 

L’angoisse immédiate, c’est la frustration, la privation de liberté au nom de la sécurité, la peur de la maladie, l’angoisse de perdre son travail, parfois le développement d’habitudes néfastes (augmentation de la consommation d’alcool, de tabac, de drogues légales ou illégales, sédentarité, pornographie, malnutrition…).

Et il y a un niveau plus profond dans l’angoisse. C’est quand vous prenez conscience que vous n’avez pas vraiment envie de reprendre votre vie d’avant. Pour beaucoup, le confinement a été l’occasion forcée d’un retour sur soi et d’une prise de conscience de ses besoins. Et la prise de conscience que leur mode de vie ne satisfait pas leurs besoins.   Ca fait mal. Parce que vous ne pouvez pas agir. Pas dans l’immédiat en tout cas.

 

D’après mon expérience, si vous vivez dans l’angoisse, vous ne pouvez pas espérez que ça disparaisse tout seul. Tant qu’on ne fait pas un travail spécifique sur l’angoisse, elle a tendance à s’amplifier naturellement avec le temps. Le stress, l’anxiété, la peur, vous font faire des mauvais choix et prendre des décisions qui auront pour conséquences d’augmenter votre angoisse. Une personne angoissée peut devenir incapable de penser à ses intérêt à long terme. Vous êtes en mode survie, vous vivez dans l’instant, sans aucun recul.

 

 

Je comprends bien que l’urgence pour l’instant, c’est d’aller se faire couper les cheveux, de rendre visite à la famille et aux amis, d’aller profiter du beau temps, de retourner travailler, etc… Ensuite, vous aurez besoin de vous occuper de votre équilibre nerveux et émotionnel.

La première étape, c’est de vous faire aider. Moi, je peux vous aider. D’autres personnes peuvent vous aider. Peu importe comment, mais une aide extérieure est le meilleur moyen de résoudre les angoisses. Vous avez besoin d’un espace confidentiel et sécurisé pour mettre les choses sur la table. Pour vous libérer émotionnellement et retrouver une stabilité nerveuse qui vous aidera à prendre les bonnes décisions. Vous avez besoin d’un regard extérieur pour vous aider à prendre du recul et sortir de votre isolement mental.

 

 

 

Merci de votre attention

 

 

 

Belle journée

 

 

Emmanuel 0682150905