vivre avec soi-même

Enfin, on en a fini avec le confinement. En tout cas, pour l’instant. Hier,pour la première fois depuis 2 mois, j’ai pu sortir de Mâcon, retrouver les embouteillages au rond-point de l’Europe, les gens qui grillent la priorité et qui doublent sur la ligne blanche. Ca fait plaisir. Les choses n’ont pas vraiment changé, en fait.

Hier soir, je suis allé chez mon cousin pour faire de la musique. Depuis le temps qu’on attendait ça. On a joué de la guitare pendant des heures, jusqu’à ce qu’on ait trop mal aux mains pour continuer.

En discutant, on s’est rendu  compte, que  la quarantaine est passée vite et  que ça n’a pas été vraiment difficile pour nous. On a réussi notre confinement.

Il faut dire que la musique remplit bien le temps. Pendant 2 mois, on a joué chacun de son coté. J’ai repris les exercices de base sur les gammes, avec le métronome, j’ai appris des nouveaux morceaux, et toutes ces petites choses qu’on ne peut pas faire quand on joue en duo, mais qui permettent de progresser. Ca s’est senti dans la session d’hier. On joue mieux qu’avant. Le temps d’isolement a été bénéfique pour le jeu en duo. Parce qu’il a été bien utilisé, et peut-être parce qu’on a appris à gérer l’isolement.

 

C’est que dans une certaine mesure, la solitude est bénéfique. Peut-être même qu’elle est vitale. Comme je vois les choses, on n’est vraiment soi que quand on est seul. Je ne dis pas qu’on doit passer tout son temps seul. Je dis qu’être seul ne devrait pas être un problème.

Mais beaucoup de gens, peut-être la plupart des gens, ne supportent pas d’être seuls. Ils font tout pour éviter d’être face à eux-mêmes, en étant « connecté » en permanence, en s’agitant dans des activités stressantes. Pourtant, si vous êtes votre meilleur ami, il n’y a rien à éviter. Au contraire.

Pour la plupart, les gens ne se supportent pas eux-mêmes, mais c’est pare qu’ils ne se connaissent pas. On devrait se comporter avec soi comme on se comporte avec les autres. Parfois, quelqu’un peut faire une mauvaise première impression mais quand vous lui donnez sa chance, vous vous rendez compte que c’est une personne de valeur.

 

Il y a des choses qui ne se révèlent que dans la solitude. Et il faut du temps, de l’expérience pour se familiariser avec ce qu’on a en soi. C’est quand on est face à soi-même que nos émotions, nos besoins, nos pensées et notre identité s’expriment et se libèrent.  C’est la seule façon d’apprendre à se connaitre et se comprendre: il faut savoir s’écouter. Même s’il y a des choses qu’on n’a pas envie d’entendre.

Mais quand vous apprenez à écouter ce qu’il y a en vous, il y a un effet d’apaisement, de détente nerveuse profonde qui n’est accessible que quand on est seul avec soi-même.

Dans une certaine mesure, c’est comparable à ce qu’on peut vivre pendant la transe hypnotique. Vous n’êtes pas coupé du monde, mais vous êtes dégagé des influences extérieures, de vos masques sociaux, des attentes et des jugements des autres. Cette liberté particulière donne à l’inconscient l’autorisation de faire son travail de restructuration mentale et de libération émotionnelle, de manière autonome.

L’hypnose est un cadre sécurisé qui permet de libérer le vrai soi. Vivre en accord avec soi, c’est qui permet de vraiment vivre en accord avec les autres.

 

 

Merci de votre attention

 

 

Prenez soin de vous

 

 

Emmanuel  0682150905