le monde d’après LOL

Nous traversons une crise sans précédent. Une crise sanitaire, sociale, économique. Je ne sais pas si on est en train d’en sortir, mais ça se terminera tôt ou tard. Nous sommes saturés d’informations contradictoires, parfois absurdes. Le monde est en pleine confusion.

 

On a d’un coté toute la propagande politique, qui fait ce qu’elle peut pour tenir les gens tranquilles, et de l’autre tous les has-been du show-business en manque d’attention. Tout le monde a quelque chose à dire. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose, mais ça ne fait qu’ajouter à la confusion générale.

 

Dans cette cacophonie d’information, comme dans toutes les périodes de crise majeure, on retrouve les frustrations, les peurs et les espoirs des gens qui se cristallisent dans une forme de pensée magique. On rêve au « monde d’après ».

 

LOL

 

 

Je vais vous annoncer quelque chose. Je fais une prédiction. Je suis devenu devin pendant le confinement. Certains sont devenus épidémiologistes en moins de 2 mois. Moi, j’ai développé un don pour la divination. Il faut bien s’occuper 🙂

 

Le monde d’après, ce sera celui d’avant, en pire.

 

La crise du Corona aura été une parenthèse surréaliste dans notre quotidien. Quand ce sera terminé, le système fonctionnera exactement comme avant, en pire. Les seules évolutions qu’il y aura, ce seront celles qui auraient eu lieu de toute façon, mais en accéléré.

 

Pas de panique, j ne dis pas ça par défaitisme, j’essaye de développer une vision réaliste. Observons les faits. Qu’est-ce qui se passe depuis 2 mois?  On plonge les gens dans la confusion en les saturant d’informations. Que ce soit intentionnel ou non, l’effet obtenu, c’est d’empêcher les gens de réfléchir. Tout le monde vit dans l’angoisse. Les gens sont isolés les uns des autres, on limite nos libertés, même la liberté d’expression est remise en cause avec la nouvelle loi Avia sur la création de contenu sur internet.

 

Ce qui se passe, c’est que tout est fait pour diviser la société, et monter les individus les uns contre les autres.

A coté de ça, on a pu observer une diminution des pollutions atmosphérique et sonores. Ca fait du bien. C’est comme partir en vacances à la campagne. On a tous été émerveillé de voir des animaux sauvage en pleine ville. J’espère que vous avez pris des photos parce qu’on n’est pas près de revoir ça avant la prochaine fin du monde.

 

J’entends les promesses du gouvernements, on va tout relocaliser, fermer la porte à la production chinoise de masse et recréer une économie locale. C’est la fin de la mondialisation et de l’Union Européenne. Un monde plus propre, plus juste.  Bien sûr.

 

Vous savez à quoi ça me fait penser ces histoires de monde d’après? A une religion. La vie est dure mais ça ira mieux plus tard. Sauf qu’ici, ce n’est pas après que vous soyez mort, c’est juste plus tard.

 

Pour qu’il y ait des changements profonds, il faudrait qu’il y ait des changements au niveau politique. Ca ne se joue pas au niveau individuel. On peut bien trier nos déchets pour faire du compost et acheter nos carottes chez le paysans du coin, ça ne fera pas de différence fondamentale. Il n’y aura jamais un artisan du coin pour fabriquer du doliprane ou des téléphones portables.

 

 

Mais, on n’y peut rien, c’est humain, on a besoin de croire qu’il y a un ordre naturel, une justice dans le monde. Avoir des idéaux sur l’écologie et la justice sociale, c’est très bien. Mais ce sont des problèmes de privilégiés. Vous n’avez pas le temps de penser à ça quand vous êtes préoccupé par des problèmes de survie immédiate. Et le problème , c’est qu’il va y avoir de plus en plus de gens qui auront des problèmes de survie. Combien d’entreprises vont faire faillites, combien de personnes vont se retrouver sans emploi?  On ne savait déjà pas gérer les problèmes collectifs avant le corona, je ne vois pas pourquoi ça changerait.

 

Il suffit d’observer ce qui se passe au début de la sortie de crise. Les personnels hospitaliers n’auront pas plus de reconnaissance qu’avant. Peut-être un petit billet pour les heures sup’ mais pas plus. Il a suffi qu’on annonce le déconfinement pour que les gens arrêtent d’applaudir tous les soirs à 20H. Et d’ailleurs, on n’a jamais applaudi les éboueurs, les facteurs, les livreurs, les caissières, les gens qui font tourner les centrales nucléaires et l’internet pour qu’on puisse rester chez nous bien au chaud.

 

En fait, la société ne s’est jamais arrêté. Tout a continuer à fonctionner. En tout cas, l’essentiel, c’est-à-dire la consommation. D’ailleurs, même notre président l’a dit: après le corona, il faudra que le gens consomment pour relancer l’économie. C’est-à-dire que ce qu’on attend de nous, c’est produire et  consommer.

 

Et ce n’est pas un problème, c’est la première chose que font la plupart des gens au premier jour du déconfinement: aller chez les coiffeur, faire la queue au MacDo ou chez Zara. Ca va bien se passer.

Je peux me tromper, mais c’est ma lecture: il n’y aura pas de changement au niveau collectif.

 

 

Au niveau individuel, c’est différent. Chacun à son niveau a vécu une véritable crise personnelle. La quarantaine implique énormément de remise en question à tous les niveaux. Ceux qui vivent seuls ont  souffert de l’isolement prolongé et ceux qui vivent à plusieurs sous le même toit on souffert de la cohabitation. Ceux qui travaillent souffrent d’être exposé au virus et ceux qui ne travaillent pas souffrent de l’inaction.

 

C’est dans les périodes de crise, pendant les périodes de choc émotionnel qu’il se produit des changements profonds. En bien ou en mal, d’ailleurs. Vous avez d’un coté de gens qui réagissent par des comportements autodestructeurs (tabac, alcool, etc..) et d’autres qui se décident à commencer un travail en profondeur sur eux-mêmes.  D’un coté, il y a ceux qui essayent de déformer la réalité plutôt que d’agir, et de l’autre ceux qui acceptent la réalité et qui s’adaptent.

 

Il y a ceux qui attendent que le monde change, et ceux qui se changent eux-mêmes.

 

C’est schématique ce que je vous dis, bien sûr. Mais  j’en suis convaincu, il n’y aura pas de monde d’après parce que ce sont des problèmes qui ne se gèrent pas au niveau individuel. Si vous avez besoin d’améliorer votre qualité de vie, ça ne peut pas venir d’un changement au niveau social.  Vous devez faire le travail par vous-même. Vous pouvez vous faire aider. Il y a des gens qui sont là pour ça. Je peux vous aider. D’autres personnes peuvent vous aider, mais ce n’est  pas la société, ce n’est pas l’Etat qui résoudra vos problèmes. Leur travail, c’est de vous faire produire et consommer. Le monde d’après, c’est à vous de le construire.

 

 

 

Merci de votre attention

 

 

Belle journée

 

 

Emmanuel 0682150905