24h pour obtenir, beauté, minceur, richesse et amour

Les bonnes résolutions pourries

 

Vous avez remarqué que quand on parle des résolutions du nouvel an, tout le monde semble d’accord pour dire que c’est n’importe quoi?

Pas moi. En fait, je trouve ça intéressant de se fixer des objectifs et de prendre un nouveau départ. Dans le principe, c’est pas mal, c’est dans la mise en place que ça coince.

 

Vous avez des gens qui sont sous pression toute l’année, qui ont une estime personnelle négative et qui se mettent encore plus de pression en se fixant des objectifs irréalistes. Comment voulez-vous que ça fonctionne?

Si vous n’avez pas l’énergie et la disponibilité mentale nécessaires, vous vous retrouvez inévitablement en situation d’échec. Ce qui fera encore monter votre niveau de fatigue nerveuse.

 

Mais alors, comment faire? Ne pas prendre de résolution, tout laisser tomber?

 

Mais non, simplement mettre un peu de logique dans tout ça ^^

Et arrêter de croire qu’il suffit de prendre une décision pour que tout change du jour au lendemain.

 

 

 

Le pseudo-engagement

 

L’autre jour, j’ai dû contacter le service clients de mon fournisseur d’accès internet. En tant qu’hypnotiste-PNListe, c’est toujours intéressant d’écouter les conneries qu’on vous raconte dans les centres d’appel « Nous vous remercions pour votre appel » Sans blague LOL

 

Ce qui m’amuse beaucoup, c’est quand l’opératrice me dit « nous mettons tout en oeuvre pour vous assurer la meilleure qualité de service ». La dernière qui m’a dit ça, je lui ai demandé « vous mettez quoi en oeuvre, concrètement? Comment ça se traduit? Qu’est-ce que ça veut dire? » Alors là, je l’ai perdue, la pauvre.

 

Bref, tout ça pour souligner le mécanisme dont on est tous plus ou moins victime: la décision ferme et définitive, l’engagement émotionnel profond, qui ne sert qu’à se rassurer.

 

D’une certaine manière, l’engagement nous dispense d’agir. C’est bizarre, hein? Pourtant, on trouve des exemples à la pelle: les centres d’appel, les politiciens..plus on fait des promesses, moins on les tient!

 

 

Comme si le simple fait de parler de quelque chose suffisait à s’en débarrasser. Et c’est en partie vrai. Je le vois en session d’hypnose, quand vous permettez aux gens d’exprimer librement leurs émotions, ils ont tendance à s’en libérer. Mettre des mots sur les ressentis  permet de se décharger émotionnellement (au moins en partie).

C’est vrai aussi pour les émotions positives. Quand vous exprimez verbalement votre enthousiasme, vous vous en déchargez. C’est comme un ballon qui se dégonfle.

 

Je me souviens d’une phrase qui m’avait marqué, c’était dans un manuel de stratégie politique, je crois.  « Le secret est la clé de voûte de l’ambition ». Dans ce contexte, je l’interprète comme ceci:

gardez vos objectifs pour vous, n’en parlez pas, agissez.

Car plus vous en parlerez, moins vous agirez.

 

J’ajoute que l’idée de s’engager publiquement sur un objectif important vous met une pression supplémentaire. Beaucoup de gens croient que l’engagement public va les obliger à tenir sur la durée mais c’est tout le contraire qui se passe. A part quand ils s’en foutent, les gens vous demandent des comptes, ils vous attendent au tournant.

C’est comme vouloir se mettre au sport avec une copine. Essayer de tirer sa motivation d’une tierce personne, c’est le meilleur moyen de se décourager rapidement.

 

 

Je vais vous parler de résistance au changement. Cette notion de résistance, c’est la base dans la pratique de l’hypnose. Par défaut, l’humain déteste le changement. Surtout chez les autres.

Bien sûr, vous pouvez penser intellectuellement que le changement est positif. Rationnellement, vous pouvez vous dire que si un proche veut développer des habitudes plus saines, vous ferez tout pour le soutenir.

Mais dans notre intelligence profonde, dans notre cerveau primitif, le changement est profondément insécurisant.

 

Observez comment ça se passe pour vous et autour de vous: les choses sont relativement constantes. On a tous tendances à répéter les mêmes routines, positives ou négatives.

 

Parce que c’est ce qu’on connaît.

 

Ma première recommandation à ce niveau, c’est de minimiser la résistance externe, c’est-à-dire celle de votre entourage. En vous engageant publiquement sur un objectif, vous vous mettez la pression, et vous mettez la pression aux autres. C’est un mécanisme archaïque. C’est comme ça.

 

Il vaut mieux laisser les gens s’apercevoir du changement petit à petit et laisser vos résultats parler pour vous.

 

 

 

Conditionnement et déconditionnement

 

L’autre jour, je suis allé acheter du gel douche à Carouf. J’étais en panne. Je vais dans le rayon des gels douche et comme je ne connais pas très bien ce magasin, je commence à chercher mon gel douche habituel -Tahiti noix de coco- et là, je vois un milliard de produits différents.

Je réfléchis un moment, je suis en pleine confusion. Une attitude rationnelle serait de prendre n’importe lequel parce qu’il se valent tous plus ou moins mais mon cerveau est formaté à consommer du Tahiti. (C’est nul, mon exemple, mais ça va devenir intéressant)

Finalement j’ai pris un flacon d’Ushuaïa au café et j’ai arrêté de perdre mon temps. Mais je me suis demandé

« Comment ça se fait que je suis formaté comme ça pour un gel douche à la con? »

 

C’est simple, c’est l’effet de la publicité. a l’époque -lointaine-où je regardais encore la télé, il y avait cette pub pour le gel douche Tahiti, avec la vahiné topless qui se douchait sous la pluie, en pleine jungle tropicale.

J’ai dû voir cette pub des centaines de fois et mon cerveau a associé le produit à une stimulation sensorielle (la jolie tahitienne, l’exotisme, la musique, la fraicheur de la pluie, etc..)

 

Et même si je sais pertinemment que ma salle de bain n’a rien à voir avec la Polynésie française, et qu’il y a peu de chances que je rencontre un vahiné topless dans ma baignoire, mon système nerveux continue de fonctionner sur cette association d’informations.

Jusqu’au jour où je me retrouve dans un environnement inhabituel qui m’oblige à choisir une alternative. (le gel douche au café est très bien aussi)

 

Le problème, c’est que généralement, notre environnement ne change pas, ou très peu. On se retrouve donc dans la situation où on doit se déconditionner sans quitter l’environnement habituel, et donc intégrer de la nouveauté dans cet environnement.

 

Le seul moyen, c’est d’y aller par étapes. En hackant le cerveau pour créer de nouvelles associations. En utilisant le même mécanisme de conditionnement, c’est-à-dire: associations et répétitions.

 

Le déconditionnement est une démarche à long terme et les sursauts de motivations n’ont pas ou très peu d’effet sur la durée.

Vous devez quitter la mentalité du sprinter pour adopter celle du marathonien.

 

 

Disons que vous décider de vous mettre au sport. Vous vous inscrivez à la salle de sport près de chez vous et vous commencez à y aller 4 fois par semaine, vous vous tapez une heure de vélo éliptique à chaque séance.. du premier janvier au premier février. Parce que vous en faites trop d’un coup, vous laissez tomber au bout de quelques semaines, avant que ça ne commence vraiment à donner des résultats.

 

Votre corps n’était pas préparé à la surcharge d’effort, et votre esprit n’était pas préparé à un changement d’habitude aussi radical.

 

Comprenez bien qu’il vous faudra plusieurs mois, voire plusieurs années pour avoir une transformations physique radicale. C’est long mais c’est le seul moyen viable.

Il vaut mieux y aller une fois par semaine, faire une demi-heure d’exercice modéré pendant quelques semaines avant d’augmenter progressivement la durée, l’intensité et la fréquence des sessions d’entraînement.

L’autre jour, à la salle, je discutais avec une connaissance et il me disait « je ne comprends pas, on a le même âge, on a la même morphologie et toi tu t’entraînes comme un ouf 5 fois par semaine alors que moi, je suis crevé au bout d’un 1/4 d’heure ».

Ce que j’ai répondu, c’est parce que moi, je fais ça depuis plus de 20 ans et que toi tu as commencé il y a 2 mois. Et quand j’ai commencé, j’étais épuisé au bout de 10 minutes. Ca a pris du temps.

 

 

Et ça se vérifie dans toues les démarches de créations d’habitudes: l’habitude enlève la sensation d’effort. Quand vous faites du sport depuis plus de 20 ans, ça ne demande aucun effort, c’est du pilotage automatique. Vous vous sentez même mal quand vous n’en faites pas.

Mais il y a un temps d’adaptation.

 

 

Addition et soustraction

 

Ajouter une nouvelle habitude est plus facile que d’en supprimer une ancienne. Vous l’avez certainement déjà remarqué.

Par exemple, imaginons que vous voulez arrêter de manger des bonbons tous les soirs. Ca va être difficile. En comptant sur la seule volonté, vous pouvez tenir quelques temps, mais l’habitude est tellement installée que ce sera facile de rechuter.

Mais si vous ajoutez des fruits par exemple. Vous commencez par manger un fruit avant les bonbons, sans chercher à remplacer les bonbons par les fruits. Vous ne faites qu’ajouter un fruit avant les bonbons.

Avec le temps, ce sera plus facile d’augmenter les fruits et de réduire les bonbons, puis de remplacer les bonbons par les fruits.

 

Vous pensez sûrement « mais manger des fruits tous les soirs, est-ce une bonne chose? ». Et c’est une bonne question.

Si vous remplacez les bonbons par des fruits, ça sera meilleurs pour votre santé, votre énergie et votre moral vont s’améliorer jour après jour et au bout d’un moment, vous aurez moins besoin de nourriture émotionnelle. Vous voyez l’idée? C’est-à-dire qu’au bout d’un moment, vous n’aurez plus besoin de votre produit de substitution.

 

Alors peut-être que ça ne va pas assez vite pour vous. Je comprends, mais encore une fois, on est sur le long terme, ça demande de la patience et de la constance Ca s’apprend et ça se travail.

L’hypnose peut être un excellent accélérateur de changement, mais le principe reste le même. C’est une logique de déconditionnement et ça prend du temps.

 

 

J’espère que ça vous fait réfléchir et que ça vous aide un peu.

 

Merci de votre attention

 

 

Belle et heureuse année

 

 

 

Emmanuel

 

0682150905